Rechercher & Coordonnées en bref
Lycée Alfred Kastler - 14 avenue de l'Université 33402 Talence Cedex - Téléphone : 05.57.35.40.70
Vous êtes ici :

Au Bord du LAK - 4ème édition

Au Bord du LAK - 4ème édition

Éco Solidaire

 

Les sigles de tri… Comment s’y retrouver ?

 

 

Ces sigles sont un problème pour de nombreuses personnes prêtes à trier mais qui ne s’y retrouvent pas à travers tous ces petits symboles sur les emballages. Ne vous inquiétez plus nous avons trouvé la solution. Après la lecture de cet article, ces indications n’auront plus de secret pour vous. Ce petit geste anodin fait la différence pour la sauvegarde de l’environnement et des éco-systèmes.

Consultez le PDF pour lire la suite

Maxime Delhoumeau

 

 

 

------

 

Vie politique & International

 

 

 

 

 

Macron monte en première ligne devant le Congrès américain

 

Du 23 au 25 avril 2018, le président de la République française Emmanuel Macron a rencontré son homologue américain Donald Trump, dans le cadre d'une visite d'État. Discussions dans le bureau ovale de la Maison Blanche, dîner au Mount Vernon, rencontres… Flashback sur une rencontre aux enjeux cruciaux.

image Euronews.com

A peine a-t-il foulé le sol américain, le président français est sûr d’une chose : le courage et le dynamisme seront ici ses meilleurs armes. On retiendra surtout son discours prononcé devant le Congrès américain. Il a été ovationné et applaudi avant même le début de son intervention. En effet, Emmanuel Macron a affaire à un public conquis et enthousiaste, bien que les différents sénateurs et représentants soient de familles politiques variées. Il a donc profité de cette prise de parole pour rappeler l’importance de l’amitié franco-américaine, une amitié historique qui débuta très certainement lors de la rencontre entre Franklin et Lafayette. Il ne s’agit pas de parler de la pluie et du beau temps mais bel et bien des sujets qui fâchent, des sujets de discorde entre Macron et Trump. Macron expose donc sa vision des choses (opposée à celle de Trump) sur les sujets suivants :

- Le climat : selon le président français, « There is no planet B ! » (« Il n’y a pas de planète B ! »). Il fait savoir avec conviction que, face à la pollution, les efforts de tous sont la seule solution ; un argument contraire à la politique climato-sceptique de Trump (ce dernier s’étant d’ailleurs retiré de l’accord de Paris, la COP 21).

- Le nucléaire iranien : à l’heure où des pays « mal intentionnés » sont en passe de maîtriser l’arme nucléaire, l’accord signé en juillet 2015 par les Etats-Unis, la France et d’autres puissances est remis en question et le chef d’Etat américain souhaite s’en retirer.

- Le terrorisme : pour Emmanuel Macron, la présence militaire dans les zones de conflits (notamment en Syrie) est primordiale. A l’inverse, son homologue américain considère la situation trop dangereuse (sans doute) puisqu’il souhaite retirer toutes ses troupes des zones de conflits.

- Un éventuel risque de guerre commerciale : depuis le 2 mars dernier, les relations économiques entre l’Union Européenne (et donc la France) et les Etats-Unis sont tendues. Trump a donc décidé que les taxes d’importation seraient portées à 25 % pour l’acier et à 10 % pour l’aluminium. Censée relancer la production nationale, cette décision ne plaît pas vraiment à la France qui souhaite sa suppression : « On ne fait pas la guerre avec ses alliés », a déclaré Macron dans une interview accordée à Fox News.

Enfin, les multiples sujets et problèmes évoqués par le président au Congrès se rejoignaient toujours en un point. Il s’agit du multilatéralisme : un système que Macron regrette de voir disparaître aux Etats-Unis, au profit de la nationalisation et du protectionnisme. Ces propos ont été davantage applaudis par les Démocrates que par les Républicains. L’objectif était de convaincre Donald Trump sur certains sujets comme l’environnement et le nucléaire iranien. Mission accomplie ? Pas vraiment. Plus de paroles que de réels engagements. Le président français est reparti avec un bilan plutôt négatif. De retour du pays du burger, il revient dans le  pays du pain. Cette rencontre aura marqué les esprits. En attendant, buvez du Coca-Cola si vous croyez encore en l’Amérique.

Emilien Cotrait